MAIS JUSQU’OÙ S’ARRÊTERONT-ILS…

le .

 …de perdre ?  Depuis la phase retour, six rencontres, six défaites. Pas le moindre point terrain, pas le moindre bonus défensif à se mettre sous la dent telle la cigale de la fable.                 
La réception de REZÉ .....

n’a rien changé.  VSN : 12 – ASBR : 23. 
Le Vélo pédale dans la semoule  et reste malheureusement lanterne rouge. Dès le coup d’envoi donné par le VSN, les visiteurs maîtrisaient le ballon  et concluaient dans la foulée par un essai non transformé.  
VSN : 0 – ASBR : 5. 
Les 20 minutes suivantes les deux équipes produisaient un jeu stérile, jusqu'à cette percée décisive de Simon qui cadrait son adverse et envoyait  à l’essai  sur l’aile l’ex palaisien et néo-nantais Nicolas Bachard.  VSN : 5 – ASBR : 5. 

À  10 minutes de la pause, erreur en sortie de mêlée et mauvaise passe , le turn-over rezéen s’avérait fatal : un essai non transformé.   VSN : 5 – ASBR : 10.  Le score n’évoluera plus jusqu’à la mi-temps.

Dès la reprise, un placage à retardement sur note ouvreur « Pive » valut un carton rouge  au deuxième centre visiteur.  

Réduit à 14, Rezé subissait alors la domination nantaise.  Les vésénistes faisaient le forcing dans les 22 adverses, une superbe attaque grand champ  s’avérait prometteuse  avec la possibilité  de revenir à hauteur au score. Quand patatras...  une passe hasardeuse et ce fut l’interception fatale. Après une course de plus de 80 mètres, essai entre les poteaux. Le botteur rezéen faisant excès de précipitation, il ratait la transformation. Dans le souci de respecter la peine de notre malheureux passeur, nous ne révélerons pas son nom.    VSN : 5 – ASBR : 15.

   

   

Peu après, une pénalité transformée aggravait le score.   VSN : 5 – ASBR : 18.  Un carton jaune infligé à un nantais n’améliora pas la donne. À l’heure de jeu, par manque d’humilité, Rezé ratait un essai tout fait. Hélas, dix minutes plus tard, ils rattrapaient leur bévue. Ce nouvel essai était synonyme de bonus offensif. VSN : 5 – ASBR : 23.                                       
Dans les cinq dernières minutes, attaque du vélo, grand côté, passe à l’intérieur et Simon vient conclure. Un essai qui enlève le bonus à nos adversaires. La transformation est réussie.   
VSN : 12 – ASBR : 23.      


 La rencontre va se terminer sans que rien de notable ne soit à signaler. Quelle histoire, les sudistes l’emportent sur les nordistes. 

Encore une fois, Simon a fait un très bon match. Louis vigneron notre demi de mêlée a été égal à lui-même. Son nom ne lui convient guère car il vendange peu. Joris et Kevin forment un bel attelage en seconde ligne. Non contents d'être efficaces sur le terrain, ils le sont aussi derrière le comptoir pour servir les assoiffés de la troisième mi-temps. Julien, notre expatrié landais, s’il porte le nom d’un comique (Mabille),  n’en est pas un sur le terrain. Qu’ils se rassurent, les joueurs non encore cités, auront voix au chapitre lors d’un prochain compte-rendu. Sur le plan du jeu, je conclurai par « l’intention, c’est bien, la concrétisation, c’est mieux ». Malgré ces revers, les gars du Vélo ne désespèrent, et confirment avec ardeur les propos autrefois tenus,  par notre vénéré président, Thomas Heude « Le VSN est déjà champion du monde autoproclamé de la troisième mi-temps ». 

        

      

                                                                      

 Jacques Grenapin

La suite des photos de Jean-Claude (ICI)

 

Nos partenaires

  •  

     


     

Facebook